Problèmes de santé mentale dans les procédures de divorce et de garde d’enfants

L’impact du divorce sur la santé mentale des parents et des enfants est fréquent. Cependant, il existe des cas où la maladie mentale est l’un des principaux facteurs de rupture d’une relation. Elle conduit les couples à la séparation et au divorce.

Les problèmes de santé mentale, peuvent-ils conduire au divorce ?

Les troubles mentaux peuvent affecter la capacité d’un individu à maintenir des relations conjugales. La conclusion d’un mariage améliore les revenus ainsi que la santé physique et mentale. Le divorce a des effets négatifs sur les revenus futurs et sur le bien-être économique et social des enfants. Les personnes souffrant d’un niveau de dépression élevé, d’abus d’alcool ou de troubles psychiatriques sont susceptibles de divorcer. Un conjoint peut souffrir d’un état qui l’amène à se comporter d’une manière préjudiciable à la relation. Ce sont des problèmes conjugaux les plus courants dans les affaires de divorce.

Puis-je divorcer de mon conjoint malade mental ?

Lorsqu’un conjoint entame une procédure de divorce, il doit indiquer les motifs de la demande. Si vous demandez le divorce pour un comportement déraisonnable, vous devrez exposer la violence psychologique ou d’autres motifs. Cela justifie que l’on ne peut raisonnablement s’attendre à ce que vous viviez avec votre conjoint. Généralement, le tribunal ne tient pas compte de la personne responsable d’un divorce lorsqu’il partage les biens matrimoniaux. Toutefois, il examinera la situation individuelle des parties et leurs besoins futurs. Les mauvais comportements, tels que la toxicomanie, ne recevront pas beaucoup de sympathie de la part du tribunal.

Capacité mentale

Il se peut qu’un conjoint souffre d’une maladie mentale. Il peut même être au point de ne pas pouvoir prendre de décisions lucides. Cependant, le tribunal dispose d’une série d’options pour protéger cette personne. Ces options lui protègent tant sur le plan personnel que sur celui de ses biens. Le tribunal pourra également désigner un tuteur. La personne doit être considérée comme inapte, si la maladie est si grave. Un tiers peut être nommé pour gérer les biens au nom d’une personne malade. Il est chargé, par exemple, de payer le loyer et subvenir aux besoins ou pour vendre des actions et des biens.

Questions touchant les enfants

Un aspect problématique de la maladie mentale est son impact sur les enfants. Le tribunal, agissant dans l’intérêt des enfants, doit s’assurer qu’ils sont en sécurité. Il préserve les droits d’un parent à avoir une relation avec l’enfant. Il peut demander un rapport de l’aide sociale menant une enquête approfondie sur la situation familiale. Il peut également formuler une recommandation en termes de nidification et de droit de visite des parents. La maladie mentale d’un parent peut avoir une incidence sur la recommandation finale de l’assistant social. Si un parent suit un traitement psychiatrique, un droit de visite supervisé pourra être ordonné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *