Aller au contenu

Règlement du plombier : un sujet controverse tant au propriétaire qu’au locataire

Lorsque vous êtes locataire, vous devez vous apprêter à rencontrer des problèmes quand le moment est venu. Souvent, quand un souci en plomberie se manifeste, vous êtes tenu de contacter un professionnel pour la réparer. Toutefois, le paiement de la note du plombier suscite toujours un conflit entre vous et le propriétaire. À qui revient le règlement de ce professionnel ?

Les dispositions concernant le locataire après l’intervention du plombier

Si un problème de plomberie se passe dans votre maison ou appartement, la première chose que vous devez faire est d’informer votre bailleur. Ce réflexe doit être automatique même si ce dernier est en dehors de votre zone géographique. En effet, le propriétaire fait appel à un plombier de sa convenance pour intervenir. Le coût de cette intervention revient alors clairement au propriétaire. Toutefois, si vous avez décidé à la place du propriétaire de régler le problème sans lui faire part, vous êtes le seul responsable de vos actes. Au cas où vous ne parvenez pas à joindre votre propriétaire, envoyez-lui une lettre recommandée. Cette dernière doit relater la situation d’urgence. Le délai d’intervention doit être également souligné dans la lettre.

Concernant les pannes en plomberie, sachez que les travaux ne sont pas forcément à la charge du bailleur. En revanche, quelques entretiens ou réparations vous reviennent après le passage du plombier. Si la maison dispose d’une chaudière, vous devez l’entretenir au moins une fois par an. Si le joint du robinet a besoin d’être remplacé afin d’éviter les fuites d’eau, vous devez également vous charger de la situation.

Les conditions où le propriétaire doit contacter un plombier

À l’instar de la réglementation du locataire, les obligations du propriétaire sont également régies par la loi n° 89-462 du 06/07/89. Cette directive stipule clairement les devoirs du propriétaire en cas de dégâts causés par la panne de plomberie. Avant que le propriétaire fasse signer le contrat de location au locataire, il est tenu de bien vérifier tous les réseaux d’installation dans sa maison.

  • S’il découvre un problème, notamment la plomberie, il doit sans attendre contacter un plombier.
  • Si les dégâts proviennent de matériels vétustes, le propriétaire demeure le seul à régler le souci. Il en est de même si des appareils défectueux suscitent des dommages.

En général, une mauvaise structure de la maison peut également entraîner de sérieux problèmes, surtout au niveau de la plomberie. Cette situation ne tient en aucun cas le locataire. Pourtant, le propriétaire est obligé de faire parvenir un plombier pour résoudre les difficultés. Les dégâts provoqués par une catastrophe naturelle sont entièrement à la charge du propriétaire. S’il est vérifié, que le locataire a bien su entretenir les installations en plomberie, mais qu’un problème se manifeste encore, le coût de la réparation revient au propriétaire.

Facture du plombier : solution en cas d’acte conflictuel entre le propriétaire et le locataire

Si vous et le propriétaire ne parvenez pas à trouver un terrain d’entente pour le paiement de la facture du plombier, il est conseillé de régler l’affaire à l’amiable. C’est le moyen le plus simple et le plus abordable. Au cas où le propriétaire dispose de la raison pour tenir le locataire, il peut utiliser une part de dépôt de garantie de ce dernier. En effet, pour prouver que le locataire est fautif, le propriétaire doit présenter des pièces justificatives. En revanche, si le montant inscrit dans le devis du plombier est au-delà de celui du dépôt, le propriétaire peut recourir à la justice pour recouvrir la différence.

Si vous êtes locataire et que les frais du plombier incombent au propriétaire, continuez toujours de payer votre loyer régulier. Toutefois, évitez le contraire. Pour solliciter vos droits, il est recommandé de contacter un médiateur ou un juge en cas de besoin.