Aller au contenu

Un avocat a-t-il le droit de refuser un client ?

Le monde des hommes juridiques est régi par un certain nombre de droits qui leur sont propres. L’avocat, acteur incontournable de ce domaine sait aussi ce que ses droits lui permettent de faire. De la signature de contrat avec un client jusqu’à à la clôture du dossier, l’avocat assure la défense de ce dernier, mais n’oublie pas de faire valoir ses droits. Qu’en est-il de son droit à accepter un client ou non ? 

Le droit de refus de client

 Il s’agit du droit au choix du client. L’avocat a en effet, le droit de représenter telle ou telle personne selon son libre arbitre. Défendre ou non un client est une liberté absolue de l’avocat. La règle, c’est qu’un avocat fait ce qu’il veut. Les gens viennent  proposer leur affaire et l’avocat peut alors accepter ou pas de les défendre. Ce droit dont dispose l’avocat lui permet de refuser un ou des clients. Il est conforté dans sa position, car il n’a pas à justifier son refus. Le refus de représenter un client n’a pas à être motivé. Autrement pour des raisons toutes objectives que subjectives, l’avocat est libre de ne pas assurer la défense d’un tiers. Il est le seul à décider de ses clients sans aucune contrainte.

Cas de l’avocat commis d’office

L’avocat commis d’office jouit aussi du droit de choisir ses clients en toute liberté. Cependant, il y a une atteinte fondamentale à ce droit dans ce cas. En principe, l’avocat commis d’office a pour obligation de s’occuper du dossier qui lui est attribué. Il peut toutefois refuser un dossier. Dans ce contexte, il se doit de justifier son refus. Sa justification se fera auprès du bâtonnier. C’est ce dernier qui décidera ou non de le décharger de l’affaire. L’avocat commis d’office informe et justifie son impossibilité à accepter un client auprès du bâtonnier et c’est à lui de trancher. Certes, ce ne pas l’expression de ce droit sous sa forme absolue, mais il y a quand même une notion de refus possible.

Quelques raisons pour lesquelles un avocat peut refuser un client 

Les raisons pour lesquelles un avocat peut refuser de défendre un client sont multiples. On ne fera pas une liste exhaustive.

Un avocat peut refuser un client du fait de l’existence d’un problème de personnalité. En clair, si un avocat ne sent pas son client, il peut le refuser. C’est peut-être banal, mais beaucoup d’avocats confirment avoir refusé des clients justes parce que lors de leur première rencontre,le courant ne passait pas du tout.

Certains avocats quant à eux refusent des clients lorsque leurs crimes ou infractions sont choquants. Les personnes qui sont refusées dans ce cas sont des personnes accusées d’actes barbares, de pédophilie, de viol ou de terrorisme. Ceux que la société appelle « les monstres », car cela  entraîne un conflit personnel intérieur chez les avocats.

 L’avocat est libre de choisir ses clients et donc d’en refuser certains. Les raisons de son refus sont variées et il est le seul à se prononcer sur son libre arbitre.